Territoire : Lyon / Auvergne-Rhône-Alpes


L’actualité du quartier, et le récent emballement autour de sa dangerosité lors de la campagne présidentielle, nous réaffirme la nécessité d’un renouvellement des représentations photographiques assignées aux questions de société, par une articulation de formes complexes aux ancrages multiples. Il s’agira alors de proposer des photographies de paysages urbains et d’objets du quartier de la Guillotière à Lyon.

Karim Kal
Karim Kal

"À travers une circulation dans les quartiers populaires, en France et en Algérie, je m’intéresse aux outils de normalisation que sont le logement social, la prison,
l’hôpital… les interrogeant comme signes et outils des articulations sociales." Karim Kal

Photographe né à Genève en 1977, formé aux Beaux-Arts de Grenoble et à l’École de Photographie de Vevey.

Karim Kal a participé à la Biennale de Lyon 2019, La Photographie à l’Épreuve de l’Abstraction au CPIF en 2020, exposition personnelle à La Galerie, Centre d’Art de Noisy-Le-Sec en 2021, exposition à venir à la Ikon Gallery de Birmingham.

Son travail est présent dans les collections du Fond National d’Art Contemporain, du Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne, du Musée National de l’Histoire de l’Immigration, et dans des collections privées.


Journal de Bord

kal
Datte. ©Karim Kal
kal
Securit. ©Karim Kal
kal
Tesson. ©Karim Kal
kal
Papier. ©Karim Kal
kal
Cadenas 1. ©Karim Kal


Les objets photographiés sont ramassés dans la rue, achetés dans des commerces de la Guillotière ou recueillis auprès d’habitants du quartier. Ils vont évoquer sa dimension populaire, le métissage culturel qui le structure et les transgressions qui l’animent. Ils proposent une expérience photographique renouvelée, indicielle, qui renvoie à d’autres champs que le documentaire proprement dit.