Le 2 mai
Crédit
Yohanne Lamoulère