Territoire : France métropolitaine


À la rencontre de plusieurs familles monoparentales du territoire français, Vincent Ferrané met en lumière les grandes difficultés de la parenté quotidienne, les défis logistiques et stratégiques pour les surmonter mais aussi les liens familiaux parfois renforcés par ces épreuves.

©Vincent Ferrane
©Vincent Ferrane

Né en 1974, Vincent Ferrané est un photographe au travail à la fois intime, humain et composé.

Nourries par une pratique de photographe professionnel, ses images livrent une interprétation du réel à la fois symbolique et sensible.

Son travail artistique exposé notamment aux rencontres de la photographie d’Arles ou au musée de la Photographie d’Hambourg, est régulièrement édité. Ses séries saluées par la critique française et internationale ont déjà fait l’objet, de nombreux articles, notamment dans Le New Yorker, Le British Journal of Photography, Vanity Fair ou Télérama et de reportage sur l’actualité de la photographie contemporaine, sur Arte par exemple. Qu’il travaille sur l’allaitement maternel, le processus de création de femmes artistes dans leur atelier, le lexique visuel de la beauté standardisée véhiculé par une icone de mode ou la préparation de soi de personnes trans, Vincent Ferrané plonge dans le quotidien et l’intime. À l’articulation entre une image mise en scène et une photographie vernaculaire, il questionne et offre un regard renouvelé sur des représentations qu’on pensait évidentes ou triviales.

Accéder au site du photographe

 

FÉVRIER 2022

Avant de débuter ses prises de vue sur le terrain et afin de cerner au plus juste son sujet, Vincent Ferrané a fait d’importantes recherches à travers la presse et les sites internet spécialisés sur la question de la monoparentalité.

recherches bibliographiques de Vincent Ferranérecherches bibliographiques de Vincent Ferranérecherches bibliographiques de Vincent Ferranérecherches bibliographiques de Vincent Ferrané

 

JUIN 2022


Journal de Bord/ Chez Stefani et sa fille.


L’étymologie latine du mot Famille renvoie à la notion de domesticité, de maisonnée. J’ai par conséquent choisi de concentrer ma série de photographies dans l’espace qui me paraissait cristalliser les éléments essentiels à la famille en général et la famille monoparentale en particulier. L’idée étant de s’attacher à ce qui est trop peu souvent représenté, voir invisibilisé dans le cas des parents isolés, dont plus de 80% sont des femmes. Le rôle de parent peut y être envisagé comme un travail, une activité ou l’organisation est un maître mot surtout quand la responsabilité incombe au parent seul. Ces moments quotidiens et intimes expriment la force des liens parent-enfant(s), le bonheur d’être ensemble mais également ce que la sociologie décrit comme la charge mentale ménagère, ces séries de pensées et d’actions qui peuvent faire ressembler chaque soir et chaque week-end à un marathon répétitif.

Cette courte vidéo a été prise chez Stefani qui vit avec Pandora, sa fille de 4 ans, dans un studio, porte de St Ouen à Paris. C’est un dimanche midi, à table Stefani et Pandora improvisent des chorégraphies. Au dessus de l’évier rempli des casseroles du déjeuner est accroché une reproduction de La Blanchisseuse, une femme au travail, peinte par Toulouse Lautrec. 
Stefani est arrivée en France en 2015 du Brésil. Elle a fait des études d’art classique, elle est plasticienne de profession mais, mère seule depuis 2018, elle a mis pour le moment sa pratique artistique de coté. Pour gagner sa vie, elle donne des cours de peinture à des enfants dans une association de la Mairie. 
Le déjeuner rapidement englouti, Stefani et Pandora vont continuer les chorégraphies dans la le salon-chambre. Elles sauteront d’un lit à l’autre, sous le regard cette fois d’un autoportrait de Frida Kahlo.
A suivre.

Stefani et Pandora / Making of

Vincent Ferrané
©Vincent Ferrané
©Vincent Ferrané
©Vincent Ferrané

 

 

Vidéos Vincent Ferrané juin 2022

JUILLET 2022

Chez Hortense, Joséphine, et Simone


Le règlement scotché sur le placard du couloir est clair. Joséphine, 7 ans, l’a rédigé en lettres attachées. Simone, de trois ans sa cadette, y souscrit parfaitement.

1. On se parle dans la même pièce

2. On se regarde dans les yeux quand on se parle.

3. On est polies

4. On ne prend pas des mains

5. On range quand on a fait du bazar

Simone a cessé de se ronger l’intérieur des joues le jour de la séparation de ses parents. Pour Joséphine, il a fallu trouver un nouvel équilibre, plus lentement. C’est au prix d’une certaine « rigidité matérielle » précise Hortense sa mère, que les choses se sont apaisées : « Elle voulait avoir exactement le même nombre de livres chez papa et chez maman. D’accord pour avoir deux maisons mais avec des biens identiques ». Tous les albums de Mortelle Adèle ont par conséquent dû être achetés en double.

Cette équité, Hortense 45 ans et son ex-conjoint Julien ont su eux-mêmes la mettre en œuvre dans leur séparation à l’amiable. Ils ont choisi une égale répartition pour la garde de leurs enfants. Chacun les a une semaine sur deux et un weekend sur deux.

Hortense continue d’occuper l’appartement de cette résidence du 18e arr de Paris dont elle rachète les parts à Julien. Ce dernier habite à la même adresse qu’avant mais désormais dans une autre aile du vaste bâtiment.

Pour Hortense, la monoparentalité est à la fois synonyme de plus de temps pour elle, pour voyager, à Marseille notamment. C’est également beaucoup plus fatiguant. Il faut, dit-elle, développer les choses qu’on ne faisait pas ou moins en couple, la cuisine notamment, tâche quotidienne que Julien endossait plus volontiers. Financièrement, c’est plus difficile, il y a tous les surcoûts dus à la séparation, tout ce que chaque parent doit payer, le logement, l’emprunt, les déplacements, les divers abonnements… On travaille tout le temps, ajoute Hortense, mais avec d’autres objectifs, une répartition différente du temps de travail, de façon, par exemple, à finir à 16h30 pour aller chercher les enfants.

C’est d’ailleurs maintenant le retour de l’école. En arrivant chez elles, les deux sœurs se dépêchent d’aller se changer dans leur chambre. Tutu bleu pour Joséphine, robe jaune pivoine à volants de tulle pour Simone. Le goûter peut commencer.